AXE 1 – LE REGARD DE L’AUTRE : DES REPRÉSENTATIONS SOCIALES À L’INTERINDIVIDUALITÉ

Pour le meilleur et pour le pire ? Identités d'aidant et de conjoint aux âges avancés (axe 1)

Isabelle Van Pevenage, Isabelle Wallach et Marianne Kempeneers, (collaboratrice : Pam Orzeck), CRSH – Développement de savoir, 2015-2018.

Résumé du projet de recherche

En construction

L’utilisation des produits sexopharmaceutiques chez les hommes âgés hétérosexuels et homosexuels : quelles conceptions de la sexualité, de la masculinité et du vieillissement? (axe 1)

Isabelle Wallach, FRQSC – Nouveaux professeurs-chercheurs, 2014-2017.

Résumé du projet de recherche

L'UTILISATION DES PRODUITS SEXOPHARMACEUTIQUES CHEZ LES HOMMES ÂGÉS HÉTÉROSEXUELS ET HOMOSEXUELS : QUELLES CONCEPTIONS DE LA SEXUALITÉ, DE LA MASCULINITÉ ET DU VIEILLISSEMENT?

Isabelle Wallach, 2014


L’arrivée du Viagra a révolutionné notre conception de la sexualité et a ouvert une nouvelle ère pour la vie sexuelle des aînés. Dépassant rapidement sa fonction seulement thérapeutique, ce médicament est devenu un « produit sexopharmaceutique » dont l’usage garantit le maintien d’une performance sexuelle continue à tout âge. Le développement et la diffusion des produits sexopharmaceutiques (PSP) a donc contribué à renforcer des standards normatifs concernant la masculinité, la sexualité et le vieillissement qui pourraient influencer leur utilisation par les hommes âgés. Bien que ceux-ci soient particulièrement susceptibles d’utiliser les PSP, rares sont les études qui se sont intéressées spécifiquement à cette population. Les études existantes portent en effet principalement sur les usages et expériences des PSP par les femmes et les hommes hétérosexuels de tout âge en couple, ou sur la consommation des PSP par les jeunes hommes gais dans un contexte récréatif. Notre projet propose quant à lui de documenter les usages des PSP par des hommes âgés hétérosexuels et homosexuels et de cerner comment cette utilisation peut être mise en relation avec les conceptions et expériences de ces hommes et les normes véhiculées par les PSP relativement à la masculinité, à la sexualité et au vieillissement. S'inscrivant dans une approche méthodologique qualitative, cette recherche s’appuiera sur des entrevues individuelles avec une trentaine d’hommes âgés de 65 ans et plus, hétérosexuels et homosexuels. Ces données seront utiles pour mettre en place des interventions psychologiques et sexologiques adaptées aux besoins des aînés hétérosexuels et homosexuels.

Participe-présent : mise à l’essai d’un programme visant à promouvoir la participation sociale d’aînés qui vivent avec des problèmes de santé mentale (axes 1 et 2) 

Ginette Aubin, Bernadette Dallaire, Manon Parisien et Véronique Billette, Réseau québécois de recherche sur le vieillissement, 2015-2016.

Résumé du projet de recherche

En construction

Intersectional Identities and Interlocking Oppressions: Experiences of Ethnocultural Minority Older Adults in Canada (axe 1)

Shari Brotman et Sharon Koehn, CRSH – Savoir, 2014-2016.

Résumé du projet de recherche

INTERSECTIONAL IDENTITIES AND INTERLOCKING OPPRESSIONS : EXPERIENCES OF ETHNOCULTURAL MINORITY OLDER ADULTS IN CANADA

Shari Brotman et Sharon Koehn, 2014


Issue: Canada’s population is growing older and more diverse. In urban metropolises, such as Vancouver, over one half of persons aged 65+ are immigrants and one third are visible minorities. Recent immigrant older adults and some visible minorities who have aged in Canada—‘ethnocultural minority older adults’—are more likely to be disadvantaged by the effects of lifelong experiences of economic and social discrimination rooted in processes of racialization that interact and influence their realities in later life. Despite this, few front line workers and decision-makers are equipped to provide this growing group of older adults with appropriate supports or draft policies that acknowledge their challenges. 

Objectives: The proposed Insight Development Grant is a pilot project that seeks to explore the everyday stories of aging among diverse older adults in two culturally and geographically distinct Canadian provinces: British Columbia and Quebec. It addresses the experiences of multiple marginalization—ageism, racism and sexism; experiences that are often absent in both mainstream and ethnocultural gerontology research and practice. We seek to engage with diverse older adults in order to highlight their unique narratives of growing old in the context of both their life histories and current realities. We aim to do this within a framework designed to capture the complex and intersecting identities of older adults that will also expose the often invisible institutional structures and relationships of power that mark older adults’ interactions with family, community and the state in their everyday lives. 

Approach: We will develop and pilot a framework that unites intersectionality and critical lifecourse theories, which have yet to be integrated in ethnogerontological research. This approach will (1) Deepen our understanding of the lived experiences of marginalized older adults for whom the intersections of social locations across the life course are poorly understood; (2) Elaborate a new and innovative theoretical framework which pays careful attention to mapping the intersections of identity, social location and structural discrimination; and (3) Develop a methodological approach that combines life history, intersectionality frameworks and photovoice to better understand the cumulative effects of structural discrimination as it is experienced throughout the lifecourse, the meanings that people attribute to those experiences, and the implications these have for them in later life. The academic sector will thus benefit from an improved understanding of how knowledge about diverse forms of aging is produced within Canadian ethnocultural gerontological scholarship. Specifically we will clarify how critical theory can be linked to the research process. 

Contribution/Impact: By engaging knowledge users as advisory committee members that we consult throughout the research process, we aim to enhance the equity agenda in relevant policies and practices so as to minimize structural discrimination. An enhanced understanding of the relative influence of structural inequities on the experiences of aging for people with different marginalized social locations will provide policy makers with some evidence from which to make equitable regulatory and resource allocation decisions concerning older adults. The connections we make between health, social service, and settlement agency frontline staff can be used to develop a community of practice within which insights from practice and research can be shared. The photovoice exhibits, developed from participants' photos and interviews, will increase the critical knowledge of ethnocultural minority older adults, their families, and communities and provide them with evidence they can use to self-advocate.

Qu'est-ce qu'être aidant? Les représentations sociales de l'aidant (axe 1)

Isabelle Van Pevenage, Patrik Marier et Pam Orzeck, Fonds du CSSS Cavendish-CAU, 2014-2015.

Résumé du projet de recherche

QU'EST-CE QU'ÊTRE AIDANT? LES REPRÉSENTATIONS SOCIALES DE L'AIDANT

Isabelle Van Pevenage, Patrik Marier et Pam Orzeck, 2014


La recherche vise à brosser les portraits de l'aide informelle aux personnes âgées tels que présentés dans les médias ainsi que dans les politiques et programmes publics. L’approche privilégiée sera inspirée des cadres de représentations utilisés dans l’analyse des politiques publiques.

Contexte : Les conclusions des chercheurs qui s’intéressent aux aides aux personnes âgées convergent et montrent qu’au Canada, la grande majorité des besoins des personnes âgées est comblée par les proches (Hébert et al., 2001; Lafrenière et al., 2003; Chappell, 2011).

Les dernières données statistiques sur l'aide informelle au Canada indiquent par ailleurs que dans la dernière année, plus d'un quart des Canadiens (28%) ont fourni des soins à un membre de la famille ou à un ami ayant un problème de santé de longue durée, une incapacité ou des problèmes liés au vieillissement (Statistique Canada, 2013). Selon certaines estimations, la valeur marchande de cette aide informelle se situe entre 24 et 31 milliards en 2007 (Hollander, Liu et Chappell, 2009).

Pourtant, si les proches fournissent une quantité d'aide non négligeable et que les recherches montrent à quel point ils font face à de nombreuses conséquences néfastes, tant au niveau personnel que familial ou professionnel, ils n'ont pas de statut formel et très peu de compensations fiscales. Pourquoi, alors qu'ils sont si nombreux, ces aidants n'arrivent-ils pas à revendiquer de meilleures conditions de vie, tant pour eux que pour leurs proches ?

Un premier élément de recherche est de savoir comment l'expérience de l'aide aux parents âgés est relayée auprès de la population dans la presse écrite quotidienne. Il s’agit de comprendre quels cadres structurent ce portrait afin de les comparer avec les données issues de la recherche sur l'expérience des proches aidants. Dans un second temps, le même type d’analyse sera effectué avec, comme matériau de base, les politiques et programmes publics. Pour ce faire, les auteurs proposent une analyse statistique s'appuyant sur les cadres de représentations utilisés pour discuter des problématiques de politiques sur la question de l'aide informelle aux personnes âgées. En ce qui concerne les analyses médiatiques, les articles des grands quotidiens belges, français et québécois sur les proches aidants seront répertoriés et analysés sur une période de dix ans. Le même traitement sera réservé aux politiques et programmes publics des mêmes pays.

Vie intime, rapport au corps et vieillissement : une étude exploratoire au croisement des approches théoriques du parcours de vie et de l’intersectionnalité (axe 1)

Isabelle Wallach et Isabelle Van Pevenage, Réseau québécois de recherche sur le vieillissement, 2014-2015

Résumé du projet de recherche

VIE INTIME, RAPPORT AU CORPS ET VIEILLISSEMENT : UNE ÉTUDE EXPLORATOIRE AU CROISEMENT DES APPROCHES THÉORIQUES DU PARCOURS DE VIE ET DE L'INTERSECTIONALITÉ

Isabelle Wallach et Isabelle Van Pevenage, 2014


Contexte                                                                         

En dépit d’une association ancienne de l’étape de la vieillesse à l’asexualité et des stéréotypes négatifs accolés à la sexualité des aînés, la vie intime et sexuelle des personnes âgées tend désormais à se prolonger, en particulier chez les baby-boomers. Certains auteurs évoquent même un nouveau mythe du vieux sexy et une nouvelle pression sociale qui prescrit le maintien éternel d’une apparence jeune et désirable pour les femmes et la préservation de la force physique et de la performance sexuelle pour les hommes (Gott, 2005). Loin d’être sans effets, ces injonctions normatives peuvent contribuer à diminuer l’estime de soi et détériorer l’image corporelle des hommes et des femmes âgées ne parvenant à se conformer à ces standards. Cette dégradation de l’image corporelle (perceptions, pensées et sentiments d’une personne concernant son corps) au sein de la population âgée toucherait davantage les femmes hétérosexuelles et les hommes gais que les femmes lesbiennes et les hommes hétérosexuels (Hurd Clarke et Korotchenko, 2011), mettant en évidence le rôle joué par le genre et l’orientation sexuelle dans l’acceptation des changements corporels associés au vieillissement. Cependant, des facteurs individuels semblent également en jeu, bien que ceux-ci ne soient pas encore clairement identifiés. Par ailleurs, au-delà de ses effets sur l’estime de soi, la dégradation de l’image corporelle pourrait également affecter la vie intime des personnes âgées. Si les répercussions néfastes d’une mauvaise image corporelle sur la vie amoureuse et sexuelle ont été mises en évidence concernant la population adulte, très peu de recherches ont à ce jour exploré ses effets sur la population âgée. La question qui se pose est donc celle de savoir si l’image corporelle, et plus généralement l’apparence physique, continuent à avoir un impact sur la vie amoureuse et sexuelle à l’étape de la vieillesse.

 Justification de l’étude

La préservation d’une vie intime et d’une sexualité  à un âge avancé constitue l’un des piliers de l’insertion sociale et du bien-être psychologique des aînés en prévenant les risques d’isolement et de détérioration de l’estime de soi (Watters, 2009). Or cette possibilité de maintien d’une vie amoureuse et sexuelle pourrait être compromise par la dégradation de l’image corporelle associée au vieillissement et à la dévalorisation des corps âgés dans notre société.

L’objectif de notre projet est donc de documenter l’influence de l’image corporelle des personnes âgées et de la perception de leur corps par le/la partenaire intime (potentiel-le ou réel-le) sur leur vie amoureuse et sexuelle. Autrement dit, il s’agit d’analyser dans quelle mesure le rapport au corps âgé peut constituer ou non un frein au maintien d’une vie amoureuse et sexuelle ou aux possibilités de nouvelles rencontres ou unions. En outre, nous souhaitons questionner le rôle des normes corporelles axées sur la jeunesse sur la vie intime.

L’originalité de notre projet réside dans l’importance qui sera accordée à la diversité de genre et sexuelle, dimensions occupant une place de plus en plus prépondérante dans les recherches en gérontologie sociale (Calasanti et Slevin, 2006). L’approche théorique de l’intersectionnalité, qui examine les expériences des individus et des groupes se situant au croisement de plusieurs positions sociales (genre, classe, orientation sexuelle, âge..), paraît particulièrement pertinente pour notre recherche. Ainsi, nous souhaitons analyser les variations de l’influence des changements corporels sur la vie intime des personnes âgées en fonction de l’intersection du genre et de l’orientation sexuelle. À cet effet, nous comparerons les expériences de quatre sous-populations âgées, à savoir les femmes hétérosexuelles, les femmes lesbiennes, les hommes hétérosexuels et les hommes gais.

 Par ailleurs, à la suite de travaux émergents dans l’étude de la vie intime (Carpenter, 2010), nous souhaitons appuyer notre recherche sur l’approche théorique du parcours de vie. Cette approche nous permettra d’explorer plusieurs dimensions, telles que 1) l’influence de l’image corporelle sur la vie intime aux différentes étapes de la vie (jeunesse, vie adulte, maturité, vieillesse); 2) la continuité et les ruptures dans le rapport au corps et dans la vie intime au fil du parcours de vie; 3) l’influence des (dés)avantages accumulés au cours de la vie sur la capacité à faire face aux changements corporels associés au vieillissement et à minimiser leur impact sur la vie intime.

Ce projet pilote est novateur et complexe dans la mesure où il souhaite explorer l’articulation de deux domaines, à savoir la vie intime et l’image corporelle, et s’appuyer sur la combinaison de deux cadres théoriques, à savoir l’intersectionnalité et le parcours de vie, rarement utilisés conjointement.

Il constitue un volet complémentaire d’une demande Développement de savoir déposée par Isabelle Wallach au Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) en février 2014 sur le thème : Apparence et vie intime chez les femmes âgées hétérosexuelles et lesbiennes, en intégrant l’expérience des hommes âgés hétérosexuels et gais, mais surtout en ajoutant une dimension « parcours de vie » au projet. L’objectif du présent projet est de préparer une demande de subvention CRSH – Savoir, de plus grande envergure.

Références bibliographiques.

Calasanti, T.M., et K. Slevin. (2006). Age Matters: Re-Aligning Feminist Thinking. New York: Routledge.   

Carpenter, L.M. (2010). Gendered Sexuality over the Life Course: A Conceptual Framework. Sociological Perspectives, 53(2), 155-178.

Gott, M. (2005). Sexuality, Sexual Health and Ageing. Sheffield: Open University Press.   

Hurd Clarke, L., et A. Korotchenko. (2011). « Aging and the Body: A Review », Canadian Journal on Aging La revue canadienne du vieillissement, 30 (3), 495-510.  

Watters, Y. et T.V. Boyd. (2009). « Sexuality in Later Life : Opportunity for Reflections for Healthcare Providers  », Sexual and Relationship Therapy, 24 (3-4), 307-315.

Homelessness in Late Life: Growing Old on the Streets, in Shelters and Long-Term Care

(axes 2 et 1 )

Amanda Grenier, Jean-Pierre Lavoie, Tamara Sussman et David Rothwell, CRSH, 2012-2015

Résumé du projet de recherche

HOMELESSNESS IN LATE LIFE : GROWING OLD ON THE STREETS, IN SHELTERS AND LONG-TERM CARE

Amanda Grenier, Jean-Pierre Lavoie, Tamara Sussman et David Rothwell. 2012


This research project explores the conceptual and practical challenges that occur at, or in relation to, the intersections of ageing and homelessness. Although planning for ageing societies is beginning to surface on the global policy and planning agenda, homelessness and aging are often approached and understood in separate domains. Homeless initiatives tend to target youth or working-age populations, while ageing agendas framed around 'success', 'productivity' or 'health' often overlook marginalised subgroups such as homeless people. Even the social gerontological research echoes this trend (see M. Crane & Warnes, 2007; McDonald, Dergal, & Cleghorn, 2007b; 2007a; 2006 for exceptions). Yet the 'greying' of the population and what these changes mean for policy and practice, can no longer be ignored. Our team approaches the issue of homelessness from the unique angle of ageing. We focus on the specificities of ageing and homelessness, the expectations in regards to aging and homelessness, and the policies and services meant to address older homeless people.  More specifically in partnership with The Old Brewery Mission, CSSS Jeanne Mance and CSSS Cavendish-CAU our team aims to:

1)  better understand the interactions between homelessness and aging, how the experience of aging changes homelessness and vice versa; and to understand these experiences in relation to expected life course transitions, social issues of housing and homelessness, policies and services;

2)  examine the adequacy of current conceptual frameworks and practical approaches to late life and homelessness, including age and stage-based understandings of change (e.g., impairment), organizational frameworks for ageing societies, relationships to place, social exclusion and economic inequality, and movement between community services such as sheltered housing and long term care and;

3)  determine community based supports for older homeless adults, identify the challenges that exist at particular locations of service (shelters, health and social care, long term care), articulate the types of supports needed, and identify key programming changes that need to occur.

Soins palliatifs à domicile pour les personnes âgées et exclusion sociale (axes 2 et 1 )

Isabelle Van Pevenage, Patrick Durivage, Véronique Billette, Norma Gilbert, Sarita Israel et Pam Orzeck, CSSS Cavendish-CAU, 2012-2015

Résumé du projet de recherche

SOINS PALLIATIFS À DOMICILE POUR LES PERSONNES ÂGÉES ET EXCLUSION SOCIALE

Isabelle Van Pevenage, Patrick Durivage, Véronique Billette, Norma Gilbert, Sarita Israel et Pam Orzeck, 2012


Qu’est-ce qui fait qu’une intervention de l’équipe interdisciplinaire en soins palliatifs à domicile auprès d’une personne âgée ou de ses proches diminue ou au contraire augmente l’exclusion sociale ? Peut-on (ou doit-on) viser l’inclusion sociale auprès des mourants ?

Cette recherche est basée sur une étude de cas d’intervention à domicile d’une personne âgée en soins palliatifs. Elle s’inscrit dans un projet de recherche-action du CREGÉS autour de l’exclusion sociale dans l’intervention avec les personnes âgées. Ce projet visait à « questionner l’impact des interventions (ou non-intervention) sur l’exclusion sociale des personnes âgées et de leurs proches » (2010 :3).

L’exclusion sociale peut s’observer dans divers lieux. Non seulement dans les lieux publics, mais également dans les lieux « privés », tels que le domicile. Elle s’observe effectivement dans la société et dans les interventions, mais également dans la situation même de la mort imminente.

Cette exclusion en situation de soins palliatifs à domicile se réalise tant à travers la dimension symbolique (stigmatisation en tant que « malade en phase terminale »), qu’identitaire (n’être qu’un « mourant »), à travers les liens sociaux (éloignement des amis ou des enfants), l’institution (offre de service conditionnelle à un « profil » clinique), les décisions au quotidien ou encore l’espace physique (ne plus pouvoir conduire sa voiture).

Tout contexte d’intervention peut potentiellement soulever des enjeux reliés à l’exclusion sociale. Dans le contexte particulier des soins palliatifs, étant donné les tabous qui accompagnent la mort (déchéance des corps, anxiété face à la mort, …), l’exclusion sociale contribuerait-elle au désespoir ?

Développement, validation et mise à l’essai d’une intervention de groupe en milieu communautaire visant à promouvoir la participation sociale d’aînés ayant des problèmes de santé mentale

(axes 1 et 2 )

Manon Parisien, Ginette Aubin, Kareen Nour, Bernadette Dallaire, Véronique Billette, Anne-Marie Belley et Alan Regenstreif, Fonds du CSSS Cavendish-CAU, 2011-2015.

Résumé du projet de recherche

DÉVELOPPEMENT, VALIDATION ET MISE À L'ESSAI D'UNE INTERVENTION DE GROUPE EN MILIEU COMMUNAUTAIRE VISANT À PROMOUVOIR LA PARTICIPATION SOCIALE D'AÎNÉS AYANT DES PROBLÈMES DE SANTÉ MENTALE

Manon Parisien, Ginette Aubin, Kareen Nour, Bernadette Dallaire, Véronique Billette, Anne-Marie Belley et Alan Regenstreif, 2011


Au Québec, on estime à près de 13% la prévalence des problèmes de santé mentale (PMS) chez les personnes âgées de 65 ans et plus (Préville et al., 2008). Pour différentes raisons, ces aînés peuvent être moins susceptibles de s’engager ou de maintenir un mode de vie socialement actif que ceux en bonne santé mentale (Blanchet et al., 2014 ; Dallaire et McCubbin, 2009). En contrepartie, il est reconnu que la participation sociale contribue de façon importante au maintien de la santé et du bien-être chez les aînés. À ce sujet, une équipe du CSSS Cavendish-CAU, soutenue par une équipe d’experts, en est à développer Participe-présent, un programme visant à promouvoir la participation sociale des aînés qui vivent avec des problèmes de santé mentale.

Ce projet vise à documenter la mise à l’essai de Participe-présent au sein de quelques organismes : 1) vérifier la pertinence et la faisabilité des diverses activités du programme; 2) documenter le processus d’implantation (ex. : population rejointe, appréciation des organismes, satisfaction des participants) ainsi que 3) explorer les bénéfices ressentis par les participants à la suite du programme.

Participe-présent comporte plusieurs volets : 1) une rencontre individuelle inspirée de l’entretien motivationnel; 2) un atelier de groupe psychoéducatif de 7 rencontres; 3) des visites d’organismes communautaires organisées avec les participants, et 4) un projet collectif de communication médiatique réalisé pendant l’atelier de groupe. (www.creges.ca/site/fr/pratiques-de-pointe/ppsv/les-programmes)

Le projet permettra d’ajuster les outils d’animation du programme en vue de le transférer aux différents milieux de pratique du Québec.